Sismographie

Sismographe de l'abbé Levert

Sismographe de l'abbé Levert

Sismographe

En 1962, l’abbé Levert installe un sismographe dans sa cave à Coutances. Cet appareil, construit et amélioré au fil du temps par Levert, est capable d’enregistrer des secousses se produisant à l’autre bout de la terre, ainsi que des microséismes. Cet instrument lui est précieux puisqu’il s’intéresse au mouvement des plaques tectoniques à l’origine des tremblements de terre, mais également à d’autres phénomènes qu’il pense être en lien avec les séismes : les taches solaires et les tempêtes maritimes. Il démontre ainsi le lien entre les microséismes et les tempêtes à la surface de la mer.

Capteur du sismographe de l'abbé Levert

Capteur du sismographe de l'abbé Levert

Le sismographe de l’abbé Levert se compose d’un pendule ou capteur enfermé dans une boîte. Le pendule transmet les mouvements du sol à un bras muni d’un stylo. Celui-ci marque la feuille de papier grâce à un cylindre qui tourne. Il est capable d’enregistrer des secousses sismiques se produisant à l’autre bout de la terre, ainsi que des microséismes, ce qui est remarquable pour l’époque.

Le sismographe 

Le sismographe, ou séismographe, est un appareil qui ressent les secousses sismiques. Souvent muni d’un pendule, celui-ci reste inerte lorsque l’on bouge son support. Lors d’un tremblement de terre, le mouvement du support par rapport au pendule, immobile, est enregistré par l’appareil. Le sismographe garde la trace des séismes au moyen d’un stylo fixé à l’appareil par un bras.

Relevés sismiques et observations

Entre 1962 et 1980, l’abbé Levert effectue de nombreux relevés sismiques, dont certains sont publiés dans la presse. Il publie aussi des appels à témoins dans sa chronique de la Manche libre, afin de mieux comprendre les phénomènes sismiques.

L’abbé Paul Levert utilise également ces relevés pour ses recherches personnelles, dont il publie les résultats dans des revues scientifiques. Procédé simplifié de marquage du temps pour séismographe à enregistrement photographique, publié en 1963 en est le parfait exemple.

Le seisme d'Oléron :

Ce séisme de magnitude 5,7 a eu lieu en Poitou-Charentes. Le 7 septembre 1972, à 22 h 26 min 54s, un séisme de magnitude 5,7 touche l’île d’Oléron. C’est le séisme le plus important ressenti sur l’île et le littoral charentais au XXe siècle. Il a causé quelques dégâts matériels assez importants mais n’a fait aucune victime. Il reste cependant « la référence » en matière de sismicité régionale quand surviennent d’autres séismes sur le département.