Biographie

Abbé Paul Levert

Abbé Paul Levert, Michel Pinel

Paul Levert naît le 21 avril 1906 à Guilberville dans la Manche. Fils de cultivateurs, son chemin est tout tracé. Mais la rencontre d’un curé change sa vie. Il est ordonné prêtre en 1937. Il reste néanmoins très attaché à la nature et à sa compréhension. Passionné d’astronomie, de météorologie et de sismologie, il est membre de plusieurs sociétés savantes, comme la Société Astronomique de France, et plus localement le Cercle Littéraire et Archéologique de Coutances.

Grand vulgarisateur et autodidacte, il aime rendre accessible les principes de la science. Ainsi, en 1948, il commence à animer une chronique dans la Manche Libre : « Le ciel vu de la Manche ».

En 1950, il transforme le toit de son presbytère à Cambernon en observatoire astronomique. Parallèlement, il construit et améliore des instruments de relevés météorologiques et sismographiques. Il installe dans le jardin du presbytère une petite station de météorologie et dans la cave un sismographe, lui permettant de remplir quotidiennement des carnets d’observations. Il conserve de nombreux articles de journaux qu’il met en regard de ses propres recherches. L’abbé Levert est aussi un grand photographe du ciel, comme en témoignent ses nombreuses prises de vues du ciel qu’il conserve.

En 1962, devant le public, il reproduit dans la cathédrale de Coutances l’expérience du pendule de Foucault. Pour ses travaux de vulgarisateur, il reçoit le prix Henri Rey de la Société Astronomique de France.

L’abbé Levert s’éteint le 22 décembre 1982 à l’hôpital du Bon-Sauveur de Picauville. Attaché à la diffusion du savoir auprès du grand public, Claude Godefroy, légataire universel de l’abbé Levert, fait don de sa collection à la Ville de Coutances en 1983. 

Sur sa tombe est inscrit : « Abbé Levert, prêtre et astronome ». Enfin, Radio-Vatican lui rend hommage dans son émission du 8 février 1983.